Les moteurs spatiaux Phytron actionnent les caméras de la sonde spatiale DAWN

L’envers de la sonde DAWN : les deux structures avec panneau avant blanc situées entre les voiles solaires renferment les caméras FC à haute résolution. (Photo : NASA/Jim Grossmann [Public domain], via Wikimedia Commons) (PresseBox) (Gröbenzell, ) « L’espace. Des étendues infinies… ». Même si l’aéronautique du XXIe siècle n’est pas encore parvenue à quitter notre système solaire, elle fascine pourtant déjà les Hommes à travers les images et les données époustouflantes qu’elle leur fait parvenir. Des missions scientifiques ambitieuses telles que DAWN parviennent à conquérir petit à petit l’univers et ses conditions extrêmes. Depuis 2007, la sonde DAWN voyage à travers notre système solaire et explore l’astéroïde Vesta et la planète naine Cérès. Si DAWN peut aujourd’hui, après 8 ans passés dans l’espace, envoyer des images en haute définition à la Terre, c’est grâce aux concepteurs des caméras FC.

Les collaborateurs de l’Institut Max-Planck de recherche sur le système solaire (MPS) en ont dirigé le développement en collaboration avec le Centre allemand pour l'aéronautique et l'astronautique (DLR) et l’Institut de technique des données et des réseaux de communication (IDA, Université technique de Brunswick). Ceux-ci ont misé sur des composants de haute qualité adaptés à un usage dans l’espace. Cette exigence a non seulement été appliquée pour les composants électroniques, mais également pour les pièces mécaniques et les commandes électriques, qui doivent continuer de fonctionner correctement même à l’issue des vibrations intenses provoquées par le décollage de la fusée et des importantes variations de températures.

Les moteurs spatiaux pas à pas de précision VSS de Phytron (taille 25, 200 pas par révolution) ajustent les roues à filtres des deux caméras embarquées à bord et commandent le mécanisme d’actionnement de la trappe qui empêche l’objectif de la caméra, très fragile, de se salir et de s’endommager. Les moteurs VSS Phytron, originellement optimisés pour une utilisation dans le vide, ouvrent la voie aux projets VSS adaptés à un usage spatial. De nombreuses modifications ont été apportées afin de protéger le moteur des vibrations provoquées par le décollage de la fusée. Les matériaux utilisés et les tests réalisés ont été largement documentés.

Les moteurs spatiaux VSS résistants au vide, qui commandent d’ores et déjà plus de 300 applications et instruments différents dans l’espace (ROSETTA, CURIOSITY, MAVEN etc.) et ont fait leurs preuves, ont été développés en une série exclusivement destinée aux voyages spatiaux : phySPACE. Les nouveaux moteurs pas à pas phySPACE de Phytron résistent au vide, aux vibrations, aux températures extrêmes et aux radiations.

« Avec phySPACE, nous avons standardisé les moteurs pas à pas de précision destinés à une utilisation spatiale. Les nombreuses variantes de base constituent un fondement solide et d’un bon rapport qualité/prix pour des utilisations spatiales en tous genres. Les exigences qui ne sont pas inclues dans le modèle standard ne nécessitent bien souvent que quelques légères modifications », explique Alexander Hatzold, directeur de la stratégie produit chez Phytron.

Caractéristiques de phySPACE adaptées à l’espace
- Stabilité et durée de vie accrues grâce aux roulements à bille duplex
- Matériaux d’isolation propres et résistants, graisse pour vide et colles spéciales : certifiées ECSS Q-70-02A, TML maximale (Total Mass Loss) égale à 1 % et CVCM (Volatile Mass Losses) inférieures à 0,1 %
- Configuration résistante aux rayonnements pour une exposition aux radiations pouvant aller jusqu’à 106 J/kg
- Conception optimisée au niveau du poids, mise à niveau « light-weight » disponible comme variante en titane
- Les tests de base et la documentation sont déjà inclus et peuvent être complétés selon les exigences d’applications

Kontakt

Phytron GmbH
Industriestr. 12
D-82194 Gröbenzell

Bilder

Social Media